DLG7.jpg
DLG5.jpg
DLG16.jpg
DLG9.jpg
DLG20.jpg
DLG23.jpg
DLG10.jpg
DLG1.jpg
DLG28_edited.jpg
DLG2.jpg
DLG13.jpg
DLG6.jpg
DLG3.jpg
DLG7.jpg
DLG22.jpg
DLG15.jpg
DLG26.jpg
DLG4.jpg

A deux

nous avons emprunté le sentier

la lumière à travers

nous avons grimpé plus loin

le bleu des sommets qui surplombent

et toi au centre figée.

Tu as marché bien vite

regardé au devant

de la boue à la neige

nous avons suivis le blanc du sentier qui serpente

et les épicéas dressés.

A nos pieds

les jacinthes sauvages éclosent

le jaune des premières couleurs

de la neige à la terre.

A tes doigts

des filaments de verts

de lichen et de glace.

La mauve qui apaise.

Nous avons cherché dans le noir aux heures où l'on rentre

Nous avons cherché les dernière lumières.

 

De lichen et de glace

De lichen et de glace trace un chemin à travers des paysages montagneux. Les corps sont des indices de vie comme les différents éléments collectés au cours de nos marches en altitude. Il y a nous dans l'immensité, nous et le vivant. Les couleurs, les lumières, qui façonnent notre environnement et nous offrent ces instants éphémères qui nous raccrochent au monde.

"Nous existons dans le monde, car nous sommes avant tout des corps en mouvement. Notre corps est la corde sensible qui nous permet de nous relier au monde naturel, de nous mettre en relation avec les autres. Nous naviguons entre différents espaces, nous dialoguons avec différents corps, toutes les entités que nous rencontrons dans nos existences constituent qui nous étions, qui nous sommes et qui nous allons devenir. Notre corps est le point d’ancrage qui nous permet de nous imprégner de ce monde extérieur. Les corps sont singuliers, instables, indéfinis, ils ont tous une manière particulière de s’imprégner du monde, mais pourtant nous vivons tous dans un même monde dans lequel il est impossible d’en sortir. Ce partage d’un même monde fait de nous des êtres relationnels, nous vivons dans un environnement avec les autres que cela soit des humains, des non humains, ensemble nous formons un tout. Si nous oublions le monde, si nous créons une frontière entre nous et les autres, alors nous allons devenir des corps vides, qui errent sans but."

Mathilde Audoynaud

Début hiver 2021

Série de 17 photographies
D’après négatifs 6x6 numérisés
Dimensions variables